La nutrition des poules pondeuses

Afin d'avoir un taux de ponte elevé, il est important de bien surveiller l'alimentation des poules pondeuses. Comment utiliser les matières grasses dans le processus d'alimentation ? Découvrez les raisons et leurs effets.

La nutrition des poules pondeuses : ajout de matières grasses brutes

Pondu le 26/02/2018

Les notions de base à propos des matières grasses

Les matières grasses ont un apport plus calorique que les glucides. En effet, elles apportent environ 9 calories par grammes, contre 4 pour les glucides, provenant principalement du maïs et autres céréales.

Les graisses saturées se présentent sous une forme solide à température ambiante, contrairement aux graisses insaturées qui sont liquides. Dans l’alimentation des poules pondeuses, il n’est pas rare de trouver des matières grasses saturées telles que du suif, du lard, de la graisse de volaille, de l’huile de palme. Les huiles végétales telles que l’huile de maïs, l’huile de soja, l’huile de tournesol et l’huile de colza sont des liquides à forte teneur en graisses insaturées.

A l’intérieur de ces graisses, se trouvent des acides gras, qui sont responsables de l’intégrité de la membrane cellulaire et de la synthèse des hormones. Pour leur régime alimentaire, les poules pondeuses ont besoin d’un acide gras particulier, l’acide linoléique (C18:2). Ce dernier est essentiel dans l’alimentation des poules pondeuses, car elles ne sont pas capables de le produire à partir d’autres nutriments.

Pourquoi ajouter des graisses dans l’alimentation des poules ?

Il est important d’ajouter des graisses aux rations des poules afin d’absorber les vitamines A, D, E et K, qui sont solubles une fois dans les graisses. En plus de leur rôle dans l’alimentation, les graisses sont ajoutées pour limiter les poussières de céréales et lier les particules fines des aliments (principalement les acides aminés et minéraux) en particules plus épaisses. De plus, les graisses améliorent l’appétabilité, et plus particulièrement pour les farines.

En cas de carence en acides gras, le foie des poules pondeuses devra fournir les acides gras nécessaires au métabolisme de leur corps. Cela peut être impactant pour la santé du foie car il doit fournir les acides gras par lipogenèse, à partir des glucides.

Dans le cas où les protéines et les glucides sont les principales sources d’énergie, la digestion entraîne une hausse de la chaleur métabolique par rapport à la digestion des matières grasses brutes. Cela se traduit par la réduction de la prise journalière en cas de stress thermique. Substituer les glucides au profit des matières grasses permet de renforcer le métabolisme des poules pondeuses.

Les effets des matières grasses sur l’alimentation des poules pondeuses

L’ajout des matières grasses et des huiles aux aliments pour les poules pondeuses a au moins 5 effets supplémentaires sur l’augmentation des teneurs en matières grasses brutes et graisses ajoutées.

  • Améliore la teneur en énergie métabolisable (EM) des aliments et optimise la performance du nombre d’œufs et du pourcentage de ponte
  • Augmente le poids des œufs grâce au profil des acides gras (C18:2)
  • Renforce la santé du foie tout en limitant le syndrome du foie gras (FHLS)
  • Optimise l’appétabilité des farines
  • Limite la hausse de la chaleur en cas de stress thermique.

Les teneurs en matières grasses brutes des rations

Plus les teneurs en matières grasses brutes et en huiles ajoutées sont élevées, plus elles sont bénéfiques. Il est ainsi recommandé d’intégrer au minimum 5% de matières grasses aux rations des poules pondeuses. Ce pourcentage s’atteint en ajoutant 2% à 3% de graisses ou d’huiles.

La quantité maximale dépend plus des raisons techniques que des raisons nutritionnelles. En effet, des études prouvées montrent que les rations contenant jusqu’à 7,5% de matières grasses brutes sont excellentes pour les poules pondeuses.